FESTIVAL DURABLE

Gestion des déchets

Préserver un site naturel et limiter l’impact environnemental !

Les Vieilles Charrues sont depuis toujours engagées dans une démarche environnementale. Cette volonté doit autant aux convictions du festival qu’à son lieu d’accueil : un site bâti sur des champs qui pour certains sont loués temporairement à des agriculteurs. Les Vieilles Charrues ont toujours eu à cœur de préserver ces prairies afin d’assurer la pérennité des terrains et donc du festival. La gestion des déchets est un enjeu majeur dans l’organisation : plus de 86 ha de terrains sont investis par le festival au total. D’importants moyens sont donc déployés pour éviter la production de déchets inutiles et gérer la collecte, le tri et le recyclage de ceux qui sont inévitables.

Parce qu’un site propre participe directement au confort et à la qualité d’accueil des festivaliers, les Vieilles Charrues déploient pendant 4 jours une véritable armée de salariés et bénévoles dédiés à la collecte, au tri et au recyclage des inévitables déchets produits par la ville éphémère qu’est le festival.

Une équipe de nettoyage composée de : 
200 salariés /​350 bénévoles /​150 prestataires 
+ de 800 containers poubelles à disposition

L’équipe du PC Nettoyage est entièrement consacrée à ces actions et compte 700 personnes dans ses rangs (200 salariés /​350 bénévoles /​150 prestataires). Elles encadrent la collecte et le tri mais sont également en charge de la remise en état des sites et infrastructures pendant et après festival.

La propreté des prairies de Kerampuilh est préservée grâce à une collecte sélective des déchets générés lors du montage, du déroulé et du démontage. Des espaces de collecte sont dédiés au carton, au bois, à la ferraille, aux bio-​déchets, aux sacs jaunes, au verre, etc. Au total, plus de 800 containers poubelles, 30 bennes, 60 futs, 50 supports de tri, 30 palox biodéchets sont répartis sur le site, au camping et aux abords du festival (parkings, entrées, etc). 

Ces dispositifs s’adressent à tous les acteurs du festival qui sont sensibilisés au tri lors de leur venue : aux professionnels en backstage, aux prestataires extérieurs, aux bénévoles et bien entendu au public festivalier qui dispose constamment d’espace de collecte sur son parcours.

En amont, pendant et après les 4 jours de fête, les déchets sont mieux collectés et triés grâce aux efforts conjugués de tous : désormais, 41% des déchets collectés (soit 80 tonnes) sont recyclés.

Engagement territorial

Préserver un site naturel et limiter l’impact environnemental !

Le festival favorise les fournisseurs locaux, ce qui permet à la fois de limiter les émissions de gaz à effet de serre en limitant les distances parcourues et de dynamiser l’économie locale. Environ 80% des fournisseurs du festival, du boulanger au vendeur de cordes pour guitares, sont situés en Bretagne, 25% en Centre-​Bretagne. Pour chaque besoin, nous faisons d’abord appel aux fournisseurs locaux et, si leurs capacités ne sont pas suffisantes, à des prestataires plus éloignés.

Nous privilégions les produits bio, locaux et issus d’une production durable.

DÉVELOPPER L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE

L’association compte 16 salariés permanents qui organisent le festival toute l’année. Elle génère également une centaine de postes équivalent temps plein dans la région. De jeunes bretons du coin âgés de 16 à 18 ans sont embauchés pendant et après le festival. Ce job d’été constitue très souvent pour eux une première expérience professionnelle et leur permet de travailler en équipe (opérations de nettoyage, lavage des gobelets).

Au-​delà des 4 jours de festival, l’activité ECO CHARRUES (dédiée à la location et au lavage de gobelets) emploie des ouvriers de l’ESAT de Carhaix tout au long de l’année ainsi que des équipes salariées en période estivale (pour des prestations pour le festival Interceltique de Lorient notamment).

 

LES AGRICULTEURS LOCAUX SONT AUSSI SOLLICITÉS

• Location de 50 ha de terrains agricoles pour les campings et parking
• Aide et prêt de matériel pour la préparation des terrains, le ramassage des déchets, la mise à disposition de tonnes à eau sur les campings
• Distribution gratuite de 3 000 L de lait par le Comité de Développement des Agriculteurs du Poher (pour le petit-​déjeuner des campeurs)

Essentiels à l’organisation du festival, plus de 7 000 bénévoles, issus de 110 associations locales, sont mobilisés. Chaque année, nous leu reversons autour de 120 000€, ce qui contribue au développement de leurs activités et au dynamisme associatif du territoire. Nous leur prêtons également du matériel pour leurs manifestations.

Voir aussi ici

Nous travaillons avec l’institut médico-​éducatif de Carhaix, l’association Kan Ar Mor, l’association Les Genêts d’Or, le Lycée Paul Sérusier… et collaborons avec plusieurs ESAT, établissements de service et d’aide par le travail partenaires du festival : blanchisserie, peinture de containers, fabrication de compteuses à gobelets, de tables-​bancs, etc.

Les élèves de l’IME ont travaillé sur certains décors et les ouvriers de l’ESAT de Carhaix interviennent toute l’année à la laverie ECO CHARRUES pour du lavage de gobelets. En 2018, le festival a collaboré avec l’unité éducative d’activités de jour (UEAJ) de Lorient pour la fabrication de supports de sacs poubelles (dans le cadre de chantiers d’insertion pour des jeunes en difficulté).

Des associations engagées informent les festivaliers de leurs actions solidaires. Nous mettons à disposition de chacune d’entre elles un espace de 9 m² au coeur du festival, zone propice à la découverte. Au cours des dernières années, les festivaliers ont pu retrouver : la Ligue Contre Le Cancer, Amnesty International, l’Office du tourisme du Poher, la fondation Abbé Pierre, Otages Du Monde, l’Office de la langue Bretonne, promotion du don d’organes, etc. 

L’engagement des Vieilles Charrues dépasse les 4 jours de festival et s’étend toute l’année, dans une volonté toujours affirmée de dynamiser le Centre-​Bretagne.

 

D’autres bénéfices sont réinjectés dans la vie locale et ont permis de financer des projets structurants :

  • implantation du Lycée Diwan
  • rénovation du château de Kerampuilh
  • évolution de l’Espace Glenmor, salle de spectacle et centre de congrès
  • création du Label Charrues (qui encourage la scène musicale locale)
  • organisation d’animations à Noël
  • création de la laverie Éco-Charrues

Énergies et ressources

Maîtriser et limiter les consommations d’énergies, préserver les ressources naturelles.

L’eau est une ressource rare et précieuse : il est important de la préserver. 196 cabines de toilettes sèches sont mises en place dans les campings, conçues par les Vieilles Charrues et fabriquées par une entreprise locale. Ces toilettes n’utilisent pas d’eau : plus de 500 m3 d’eau sont ainsi économisés en 4 jours par rapport à des toilettes classiques. Ce dispositif permet en plus de traiter nos matières par compostage : elles sont collectées à l’issue du festival, valorisées auprès d’un agriculteur local et font ensuite l’objet d’un plan d’épandage. La mise en place de robinets poussoirs sur les installations sanitaires et les fontaines à eau permettent également de diminuer le gaspillage d’eau potable.

Au fil des années, le festival a progressivement fait évoluer son parc de matériel pour limiter les consommations d’énergie : l’éclairage à iodure métallique a été remplacé dès 2007 par des projecteurs HPI-​T et c’est désormais l’éclairage LED qui est utilisé sur la majorité du site (développé depuis 2012). Ces nouvelles technologies moins gourmandes en énergie assurent un aussi bon éclairage et ont une durée de vie bien plus importante.

 

Exemple : sur les 10 km d’éclairage extérieur installés chaque année, la technologie LED a permis de réduire la consommation énergétique de 106 kWh entre 2012 et 2018. (Avec un kWh on peut regarder la télé pendant 3 à 5h, faire fonctionner un réfrigérateur pendant une journée, travailler une journée et demie sur un ordinateur portable, etc.)

 

Au vu des surfaces à éclairer (et de la demande énergétique), le festival privilégie le réseau de distribution électrique français, et non une gestion par groupes électrogènes (qui consomment du carburant et rejettent du CO2). Les groupes électrogènes sont utilisés en dernier recours : dans les endroits dépourvus de réseau et en dispositif de secours quand ce dernier ne peut satisfaire la demande en énergie.

 

Cette utilisation raisonnée permet au festival de réduire son empreinte carbone liée à l’éclairage. Aujourd’hui seuls 9 petits groupes électrogènes d’une puissance de 15 à 20kW sont utilisés dans les campings et programmés pour fonctionner uniquement lors de la période nocturne. Pour limiter leur nombre, un dispositif d’alimentation photovoltaïque est également implanté (permettant l’éclairage d’une tour).

 

L’éclairage (intérieur et extérieur) bénéficie d’une meilleure gestion afin que certains endroits ne restent pas éclairées le jour. Des minuteurs sont mis en place sur le réseau électrique de l’éclairage, afin de couper le courant de 8h du matin à 20h le soir. Des connectiques spécifiques permettent aussi d’optimiser la centralisation de la commande d’allumage et d’extinction des lumières.

 

Le festival réduit l’utilisation de groupes électrogènes qui consomment du carburant et rejettent du CO2 – les groupes électrogènes sur le site ne sont utilisés qu’en secours du réseau électrique en cas de panne ; certains sont néanmoins indispensables au camping où il n’y a pas de réseau électrique. Les premiers véhicules électriques font également leur apparition et des alternatives sont testées pour du transport de petit matériel (cyclo avec remorque).

En 2018, les Vieilles Charrues ont été le premier festival à bénéficier de biopropane, énergie renouvelable pour alimenter les espaces de restauration pendant toute la durée du festival. Produit uniquement à partir de déchets industriels recyclés (68%) et d’huiles végétales (32%), le biopropane est un nouveau gaz renouvelable qui émet 78% de CO2 de moins que le propane, soit la combustion la moins émissive actuellement disponible, et ne rejette aucune particule fine. Ses performances énergétiques sont identiques à celles du propane standard (source : Base Carbone® de l’Ademe en décembre 2017).

Prévention

Depuis 1998, il existe sur le site des lieux d’informations et des actions de sensibilisation sur les risques liés à la consommation d’alcool, sur la problématique du VIH, des hépatites, des IST, sur les comportements toxiques, les risques auditifs, etc. Cette politique de prévention permet de sensibiliser un large public aux conduites addictives et autres risques liées à la fête, en y associant les acteurs du territoire. Plusieurs structures sont présentes au sein du village prévention :

 

  • Fruit de la collaboration établie depuis 2011 avec la DDTM 29 et les services de la Sécurité Routière du Finistère, « le café de Sam » a pour objectif d’informer et sensibiliser les festivaliers à propos des risques liés à la consommation d’alcool (diffusion d’informations, de vidéos de sensibilisation sur écran, jeu de parcours avec port de lunettes de simulation, animations photos,…). Ce stand, animé par le personnel de la Sécurité Routière est opérationnel pendant les 4 jours du festival, de l’heure d’ouverture des portes du site jusqu’à 22h.

 

  • A partir de 22h et jusqu’en fin de nuit, chaque soir du festival, les équipes de l’association Prévention Routière Du Finistère animent un stand à chaque sortie du site (public et VIP). Les opérations de dépistage alcoolémique sont délocalisées à ces endroits afin de limiter le gaspillage d’éthylotests jetables qu’il pouvait y avoir dans l’enceinte du site les années précédentes. Des équipes mobiles sont présentes pour faire souffler les festivaliers sur tous les axes de sortie, l’objectif étant de cibler toujours plus de festivaliers avant leur départ. Ce dispositif est reconduit le lundi matin après le festival (avec une équipe en renfort à la sortie des campings). Les membres de la Prévention Routière bénéficient d’éthylomètres électroniques prêtés par la sécurité routière ainsi que d’éthylotests jetables.

 

  • Depuis 8 ans, l’association Orange Bleue est également présente au sein de l’espace prévention. L’Orange Bleue est une association qui depuis l’année 2000 sillonne la Bretagne au gré des rassemblements festifs et musicaux (concert, festival, free party, teknival…) avec pour objectif principal de prévenir et de réduire les risques liés à la consommation de substances psychoactives (licites et illicites), aux relations sexuelles et aux risques associés (audition, route, etc.). Aux Vieilles Charrues, leurs équipes sont présentes pour informer et sensibiliser sur le VIH, les hépatites, les IST, le dépistage, les traitements, les comportements toxiques et leurs risques (questionnaires d’approches, dépliants, distribution de préservatifs…) ainsi que sur les risques auditifs (distribution de bouchons d’oreille).

 

  • Le point accueil /​info festivaliers situé à proximité de l’espace prévention est un lieu d’accueil social. Situé au près des stands de prévention, il a pour objectif l’information générale du festival, la messagerie et la récupération d’objets trouvés ainsi que l’accueil des enfants qui se seraient égarés /​perdus sur le site.

 

  • On retrouve de nombreux autres points de mise à disposition d’éthylotests jetables, bouchons d’oreille et préservatifs sur l’ensemble du site (pour le public festivaliers mais aussi pour les invités, les salariés et professionnels en backstage ainsi que dans les campings).

 

Au total ce sont 45 000 préservatifs, 65 000 paires de bouchons d’oreilles et 6 000 éthylotest qui seront distribués dans le cadre du festival.

 

  • Nouveauté 2019 : un espace sera cette année consacré à la prévention des violences faites à l’encontre des femmes et à la lutte contre le harcèlement. Un lieu de sensibilisation et de prévention mais aussi d’accueil et d’écoute pour les victimes où il sera également possible de signaler tout comportement inapproprié sur le site du festival. La différence entre la drague et le harcèlement c’est le consentement. Non c’est un mot, un signe de tête, une attitude… Elle regarde son téléphone avec insistance ? A mis ses écouteurs ? A tourné la tête ou s’est éloignée ? Ou vous a simplement ignoré ? Tout cela veut dire non. Aucune tenue, aucun comportement ne justifie le hacèlement. Victimes, témoins de violences sexistes ou sexuelles, signalez ces comportements pour faire changer les choses. Le harcèlement est puni par la loi.

 

  • Autre nouveauté : la présence de la protection civile pour animation et formation sur les 1ers secours.

Depuis de nombreuses années le festival des Vieilles Charrues a placé la notion de santé-​sécurité au cœur de son organisation. Sécurité du public bien sûr, mais aussi des salariés, bénévoles et professionnels des entreprises extérieures. En s’appuyant et en respectant la règlementation, le festival a ainsi la volonté de réduire autant que possible les risques liés au travail des uns et des autres dans la préparation, le déroulement et le démontage de l’événement.

 

Le festival privilégie désormais des changements notables et durables des pratiques sur le terrain en s’inscrivant dans une démarche de prévention active, qui succède à la phase d’évaluation. Aucune opération de montage, d’exploitation ou de démontage des installations du festival ne peut justifier la mise en danger des salariés, des bénévoles, ou des professionnels des entreprises extérieures. Des moyens importants sont mis en oeuvre pour être moteur en terme de prévention : vigilance sur toutes les opérations de montage et de démontage de structures, audits sur le terrain, port des équipements de protection individuelle, implication des prestataires à la démarche (signature des plans de prévention et conséquences si ces derniers ne respectent pas les consignes lors des travaux menés), etc.

 

Le festival s’est fait décerné la médaille de sécurité l’Institut de recherche et de sécurité (INRS) qui récompense son engagement dans la prévention des risques professionnels.

Accessibilité

« Pourquoi toujours devoir faire des bornes pour aller voir les stars, désormais elles viendront à nous ! »

Dès les origines, l’accès à la culture pour le plus grand nombre est au cœur des Vieilles Charrues. Chaque année, le Festival fait le choix de maintenir un prix du billet d’entrée le plus bas possible malgré l’augmentation des coûts de production (cachets artistiques, décoration, équipes…). De la même manière, il accueille tous les ans 900 personnes en situation de handicap qui peuvent ainsi profiter des concerts comme tout un chacun. Et pour se rendre plus facilement à Kerampuilh, des offres de transports collectifs à des prix attractifs sont mises en place et le covoiturage encouragé !

Malakoff Humanis s’associe cette année aux Vieilles Charrues pour accompagner le développement de la démarche d’accessibilité du festival. Grâce à ce soutien, de nouvelles actions voient le jour pour améliorer l’accueil des personnes en situation de handicap : un système d’inscription au dispositif en ligne pour faciliter les démarches des usagers, la mise en place sur site d’une nouvelle plateforme PSH pour la scène Kerouac, l’implantation de comptoirs adaptés sur plusieurs bars et restaurants, la mise en place de trackways optimisés pour la circulation des fauteuils, etc. Ce partenariat permettra également la réalisation d’un audit de l’ensemble du dispositif PSH, que le festival souhaite poursuivre à améliorer lors des futures éditions.

 

♿️  Voir le dispositif